Accéder au contenu principal

A vos lunettes 2D : The Rocky Horror Picture Show

Dans le monde des films musicaux, ce qu'on appelle communément les comédies mu

sicales (mais hélas ce terme résonne en moi comme un cliché de Roméo et Juliette), se cache un ovni. Une œuvre étrange et pourtant hypnotisante. L'univers, les personnages, la musique, les thèmes soulevés. Tout y est. Alors mettez vos lunettes 2d car aujourd'hui je vous parle de : The Rocky Horror Picture Show. Et le tout peu de scène. Promis.



« Damn it Jannet »

Avant toute chose il est important de noter que ce film est un hommage aux films d'horreur. Pas n'importe lesquels. Les « Late night Show », à comprendre les films passant tard le soir et souvent le samedi. De série B ces films sont cultes par bien des points (même si avec nos yeux contemporains le charme peut sembler être rompu). On peut citer parmi ceux là Frankenstein, From Outer Space, Dracula, Forbidden Planet ou encore The Day the Earth Stood Still. Entre autres. Et c'est un gros entre autre tant le film est truffé de clin d’œil cinématographique.

Le générique de début, sobre et pourtant efficace, nous montre des superbes lèvres chantant « Science-Fiction Double Feature », une chanson qui explicite l'hommage rendue au film d'horreur mais qui présente également quelques points du film.











La première scène, par la suite, se centre sur Brad and Janet (joué par la superbe Susan Sarandon qui jouera plus tard dans Thelma & Louise) qui forment là un jeune couple fiancé à la pudeur et à la chasteté exemplaire dans une Amérique hélas trop puritaine. La scène, en dessous, est hélas une scène de la comédie musicale avec le casting Britannique de 2006 mais vous permettra de découvrir la niaiserie du couple.






Et au travers de cette scène d'exposition assez classique se cache déjà un point crucial du film qui se cache dans une image montrant une tombe où il est écrit : Soyez et n'ayez peur !

Be just and Fear Not : Dont une des dernières chansons fera d'ailleurs l'écho. Être sans avoir peur. La liberté de l'individuel au delà des conventions/normes sociales. Thème important dans un film qui se veut libertaire et libertin. Car il est question là de travestisme (ne pas confondre avec transexualisme), d'homosexualité et de sexualité tout court. Des points encore mal vue de nos jours. Vivez comme vous le voulez mais vivez bien .







Et cette signification que possède le film peut également être perçu dans la parodie que fait le film du tableau American Gothic : Une œuvre immensément connue en Amérique, et de part le monde car souvent parodiées, représentant les valeurs classiques de l'Amérique : le travail (la fourche), la domination sur la femme (regard lointain, derrière l'homme), vie domestique (tablier, fleurs) etc.







L'histoire se met ensuite en place. Le couple se perd en voiture dans une forêt aussi sombre et froide que la nuit humide qui la noie. Et bien sûr ils crèvent. Figure classique du film d 'horreur si il en est. Et ils décident donc de revenir à un château déplacé précédemment. Ce château nous le découvrons en chanson …









Oui il s'agit du château de Frankenstein. Surprise ? Perso' j'adore le coté chanson mignonne, douce, avec les choeurs derrière chantant « At the Frankenstein Place ». Magnifique.
Allez, encore deux scène. Tenez bon.
La scène suivante est la première scène de Frank N Furter (Frankfurter signifiant saucisse de Franc Fort en anglais il n'est donc pas étonnant que le personnage représente la luxure et la sexualité.) Et quelle claque ! L'acteur Tim Curry (qui à d'ailleurs joué « ça » dans l'adaptation du roman It de Stephen King... et « ça » c'est le clown qui a martyrisé pas mal d'enfance ) est ici superbe en porte jarretelles. Et pourtant malgré cette féminité masculine virile ou autre il possède un charisme immense. A ma première vision du film j'ai été subjugué par ce personnage. Ce mélange d'homme et de femme avec cette voix puissante, avec cet accoutrement et pourtant une assurance et une aisance de scène magnifique. Une claque assurément. Et que dire de ses expressions faciales. Je vous laisse découvrir cette scène en chanson.






La dernière scène, et donc chanson que j'aimerais vous présenter se joue presque à la toute fin. La chanson (la première car la scène que je vous met en contient deux qui sont en fait liées dans la scène... et dans la composition car elles font parties de la chanson Rose Tint My World) se nomme Don't Dream it Be it. Ne rêvez pas ce que vous voulez être soyez le. Rien de plus à dire je pense. Belle morale je trouve pour un film qui prône décadence sexuelle et morale. Ou tout du moins la libération. Car la décadence n'existe que si on définit des pratiques comme normes et décadences. L’ennemi est donc le fait d'imposer une norme... Et pour tout vous dire je suis assez d'accord avec ce film sur ce point. La « décadence » est une chose naturelle. Tout comme le bordel dans ma chambre. Mais passons sur mes idées philosophiques... et mon goût en matière de rangement.








Et la dernière chanson de cette scène est juste... breathtkaking. Elle laisse sans voix, sans souffle sans … à vous de trouver un mot allez. Quelle voix, quelle rythme rock. Et oui je suis chiant avec mes superlatifs. Je vous remets toute la chanson Rose Tint My World avec les paroles ( en anglais) car elles valent le coup et la lecture :






Pour conclure cette présentation de film, car ce n'est que ça, ce film est un chef d’œuvre. Un Chef d'oeuvre de n'importe quoi, de bizarre, d'étrange. Un gros clin d'oeil à toute la culture horrifique qu'il ramasse derrière lui, ces films maintenant désuet mais qui gardent pourtant ce coté charmant. Un gros trip sous acide où l'histoire ne compte presque pas. Car oui l'enjeu du film est tout autre : montrer que l'innocence n'est faite qu'à être corrompue peut être, que peut être la vie ne vaut d'être vécu sans amour ...et sans décadence. Et tout simplement qu'il ne faut pas avoir peur de vivre.
Et vivre c'est déjà beaucoup dans notre société.
En bref soyez ce que vous voulez, mais soyez le à fond. La vie n'a pas le temps pour les demi-mesures.










Commentaires

  1. The Rocky Horror Show ou comment me donner envie de faire la geek *o*. LA BASE !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le Contorsionniste de Craig Clevenger

Il y a des livres qui vous appellent, sifflant au vent une mélopée douce et amère qui vous met en éveil: cette chanson, vous la connaissez, vous en goûtez toute la poésie et le rythme. Elle fait déjà danser votre imagination. C'est une couverture, un synopsis, une phrase ou une citation. Moi: ce fut un tout pour ce livre. Et la chanson que ce livre sifflait, dans sa culture parfaite, était celle de Fight Club: Where is my mind ? des Pixies. Alors j'ai sombré, le sourire aux lèvres.          Une mélodie qui a marqué mon adolescence, tant par le film que le roman. Mais je ne parle pas seulement du cynisme, de la réflexion sur notre société, des visions inscrites dans mon imagination, du twist, de l'aspect punk... je parle également de la plume. L'organe essentiel à tout écrivain: celle de l'extension de sa propre âme.
Le Contorsionniste, édité par le Nouvel Attila,  m'a pris par surprise à la suite d'une soirée littéraire dans une librairie. Et, ivre…

Rogue One: la Force est avec nous !

Oh Star Wars, muse de mon imaginaire qui me poursuit depuis cette VHS de l'Empire contre attaque, je t'aime. Vraiment. Beaucoup. Me Love You Longtime. Avec ou sans tendresse.
Hier soir, tu m'as encore procuré une petite claque. Merci.




Rogue One était annoncé, par les critiques du net, comme 1) soit un chef-d'oeuvre et le meilleur Star Wars 2) une décéption totale. J'y allais donc avec une attente démultipliée surtout après ma petite déception du VII qui m'avait laissé sur ma faim. Alors, armé de mon pop corn (oui je suis de ces fdps, salut salut) et de ma copine totalement allergique à Star Wars, je me suis posé devant le grand écran avide de cette nouvelle aventure. Une aventure qui semblait énorme car, presque, libérée du poids des autres films. La préquelle pouvait lui donner des ailes où les brûler. Alors, Icare/20 ou pas ?





Ce Star Wars tient ses promesses: celle d'une histoire dans l'univers de Star Wars avant la première trilogie et de tout que…

L'originalité : indispensable chez l'auteur ?

Il y a des choses qui sont essentielles de savoir pour avancer dans la vie. Celle de comprendre que les claques font partie du jeu, que Alien 3 est un superbe film et que, au niveau de l'écriture, la course à l'originalité est une perte de temps sans nom. Parce que, tout simplement, elle n'est pas si primordiale.

"Wait ? What ? Je ne suis pas un mercenaire de la culture"
Oui, je sais. Et je l'espère. Je ne suis pas là pour te dire de te jeter sur chaque genre littéraire qui buzz. La phrase que je viens d'asséner est là pour provoquer. Mais la vérité qu'elle sous-tend est, elle, intelligible. Et cohérente. Et je m'en vais, du haut de mon clavier avec des touches assez douces, t'expliquer pourquoi. Es-tu prêt ami-e de la plume ? Allons-y.


Nous sommes les créatures des choses que l'on créée.



Si l'on en revient à la base même de la vie et de l'imagination, chaque chose que nous créons provient d'un empirisme social mais également d&#…