Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du 2015

It Follows: enfin un bon film d'horreur !

Les films d’horreur ou d’angoisse n'ont plus de secret pour moi. Peut-être parce que, pendant une enfance pas assez longue, je me suis amusé à me faire peur et à nourrir mes cauchemars de créatures étranges et tendres. Sans doute même. De cette expérience me vient un goût pour ce genre qui, malgré le mauvais regard qu’on lui porte, amène parfois à de petites perles.
                Et It Follows n’en est pas une… non. Ce n’est pas une petite perle nacrée que l’on offre comme cela.  C’est un diamant brut, superbe, dur et rêche. Psychologique, prenant aux tripes et angoissant. Pour la première fois, depuis très longtemps, j’ai frémis. Pour la première fois depuis longtemps, je me suis rappeler de pourquoi ce genre de film est sublime.
Regardez derrière vous, elle vous suit….






Résumé :

Après un rapport sexuel d’apparence anodin, Jay se retrouve confrontée à d’étranges visions et l'impression que quelqu’un ou quelque chose la suit. Peu à peu la menace se fait de plus en plus pré…

Le Héros des Rêves- Brian Lumley

Mnémos, je vous aime. Non, vraiment. Parce que vous faîtes des superbes éditions. Parce que les couvertures dures c’est diablement la classe, encore plus reliées. Alors lorsque je vois une de mes maisons préférées, une édition et une couverture comme cela… je fonce, je fonds, je plonge. La tête la première. Et si sur la couverture se trouve un « d’après l’œuvre de Lovecraft… », je ne réfléchis plus.
Et je n’ai pas réfléchis.

Car Lovecraft, dont je suis un fan absolu, est un auteur qui me touche et me transporte. Son univers humide où la folie frôle trop souvent les mortels, où la mort les soulagent parfois, où la connaissance et l’esprit ne peuvent concevoir ce qui se cachent sous les draps sales de la nuit… pour tout cela. Il avait une imagination folle inspirée de ses rêves étranges, il n’est donc pas étonnant de voir son univers réutilisé tant son mythe et son culte sont appréciés. Il n’est donc pas étonnant de me voir plonger…


Nota bene : J’ai l’édition intégrale de…

Mad Max: Fury Road

Mad Max : Fury Road Ou la promenade dans l’apocalypse folle.


Il y a des films, parfois, qui vous font languir. Longtemps. Peut être parce que vous êtes fan du superbe Mad Max 1, qui flirtait sur le revenge movie. Ou alors que vous êtes amoureux du tout aussi beau Mad Max 2 qui lui dessinait un « Wasteland » et un univers particulier. Si particulier, si original, si fou qu’il a influencé les décennies suivantes. Les esprits aussi. Fallout, Borderlands… Ou alors parce que vous avez découvert, pop corn à la main, la bande-annonce dantesque. Presque par hasard.  Et ce film est de celui-là. Je l’ai attendu. Et je ne suis pas déçu. 


Résumé:Ancien policier de la route,Max Rockatansky(Tom Hardy) erre désormais seul au volant de son bolide (uneFord Falcon XB 351) dans un monde dévasté où les clans de cannibales, les sectes et les gangs de motards s'affrontent dans des déserts sans fin pour l'essence et l'eau. L'un de ces clans est aux ordres de « Immortan Joe » (Hugh Keays-Byrne), …

Control, Biopic de Ian Curtis

Ce film, réalisé en 2007 par Anton Corbjin (artiste photographe connu pour ses travaux avec Depeche Mode par exemple) est arrivé par surprise devant mes yeux marrons. Je naviguais sur mon Netflix, cherchant à occuper mon  esprit fatigué et l’empêcher de trop penser. Puis je suis tombé dessus. Et la fatigue disparue. Et les pensées et leurs flots incessants arrivèrent. Pendant deux belles heures je découvris ce poète maudit qu’est Ian Curtis, et je compris, enfin, pourquoi Joy Division m’avait toujours attiré. Voici donc le biopic de Ian Curtis, l’homme hanté à la voix qui l’était tout autant. 
Joy Division, c'était ça les enfants.






Résumé :
               Le film relate la vie du jeune et énigmatique chanteur, qui fut à l'origine d'un nouveau genre musical, hors de la scène punk britannique des années 1970, et du groupe Joy Division, dont il sera la figure emblématique de 1977 à 1980. Il traite également de son mariage précoce et de sa vie extra-conjugale, mais aussi de ses …

Oap Tao

La Saga d’Oap Tao par Jean Marc-Ligny





                La science-fiction est un terrier où se cachent de nombreuses bestioles en mal d’amour et de reconnaissance. Parmi elles, et toutes ces œuvres qui méritent votre coup d’œil, se trouve cette œuvre : « La Saga d’Oap Tao » aux éditions Actu-Sf.


Résumé:
Oap Täo, baroudeur de l’espace, va de mission en mission avec son vaisseau spatial, transportant des cargaisons pas toujours légales, se frottant aux autorités et se mettant dans des situations périlleuses. Personnage haut en couleur, plein d’un bagout délicieux, il revient entre deux voyages se poser quelques jours dans un bar de sa connaissance, perdu au fin fond de l’espace. Là l’attendent à sa grande surprise deux étudiants qui veulent faire un mémoire sur lui. L’âge avançant, il accepte de leur raconter son histoire.

Chronique:

          Ce résumé, simple en apparence, laisse place à dés la première page à un monde vaste, cohérent et des personnages marquants. Car, ce qui marche ici, …

Nouvelle n°2 :

Canines, paillettes et crépuscule 




                                 Mon nez aquilin cherche un air frais qu'il ne trouvera sûrement jamais. La pollution. Ces parasites croulant, écrasant le sol de leurs pieds aux dernières chaussures à la mode. Tout cela doit jouer. Ma main gauche plonge dans mon imperméable à la recherche de mon paquet de clope . J'en cale une entre mes lèvres sèches. La flamme du briquet danse ensuite devant mon visage éternellement pâle. Une inspiration. Un vertige. Ce bâton de mort me sert au moins à m’empêcher de sentir ce qui m'entoure. Ce vertige, lui, me fait presque oublié ce que je viens de voir, assis dans un siège inconfortable et encerclé par ces gens obnubilés par un écran trop grand. Le bruit des mâchoires, avides, revient à mon souvenir. Le film aussi, hélas. Une colère grandie en moi. Elle ne souhaite même plus me lâcher, tapie tranquillement entre mon spleen et mon cynisme forcé. Je ne lui en veux pas. Je crache au sol, sur ces pavés moui…

Nouvelle n°1

Vie et mort d'un soldat anonyme





            Un jet bleuté provenant d'une décharge plasmique rase notre position. Il enfonce son casque presque neuf sur ses cheveux absents. Ses lèvres, frémissantes, chuchotent des choses que je ne comprends pas. Des prières, aussi futiles qu'idiotes, doivent tenter de rassurer sa pauvre âme. Il n'a pas la vingtaine, ne l'aura jamais. Je le fixe, mes doigts fins et salis caressent la crosse de mon arme. C'est un gamin. Comme la moitié des bras ayant rejoint la « cause ». Ils sont bercés par des idées qu'ils ne comprennent pas, par des rêves d'utopies tendres. Le gamin que je dévisage n'échappe pas à la règle. Je le vois de ses yeux bleus et purs. Les idéaux ont toujours un prix. Il se note souvent en sang. Un long soupir s'échappe de mes narines. Je n'en veux pas à ce gamin. Là où nous iront il n'y aura pas de place pour cela.

         Les tirs ennemis ne s'arrêtent pas. Ils veulent notre mort comme …

Alien, review d'une oeuvre culte

Alien de Ridley Scott est, avec Blade Runner du même réalisateur, un des films de science-fiction de prédilection à mes yeux.  Et, tout au long de cet article, je vais vous expliquer pourquoi vous avez devant vous l’un des plus beaux représentants de ce genre. Ellen Ripley, tes cheveux bouclés, ta culotte blanche et ta sueur chatouillant tes cris horrifiés. Je t’aime. Commençons



Un film d’horreur…. Certes… mais SF !

                Les films d’horreurs, souvent mal considérés par pas mal de monde à cause de leurs aspects (à la première surface) ridicules, ont bien souvent plusieurs sens de lecture. Car si ils jouent sur les peurs des spectateurs (Horreur/Peur,  vous suivez ? Vous êtes géniaux). Ils sont également des outils pour incorporer des thèmes, idées et critiques sur notre société. Romero et sa trilogie des zombies, qui est une satire de l’Amérique, en reste un des plus fameux exemples.
Mais la peur n’est pas (qu’) une affaire de gore, de course au trash et à la surabondance de…