Accéder au contenu principal

Crazyhead: féminisme, rock, démons et absurde


 

Plop, plop mothafucka. Ceci est une entrée en matière tendre et discrète parce qu'aujourd'hui on va parler d'un bijou brut, abrupte même, qui est absolument génial. 6 épisodes de 42/44 minutes et déjà une de mes séries préférées ever. Genre vraiment.
Aujourd'hui on parle de la nouvelle série fantastique Netflix: Crazyhead.
Et la série porte absolument bien son titre.


Crazyhead, c'est l'histoire de démons qui prennent possession des humains, de deux nanas qui peuvent les voir et qui kickent des asses, d'un sidekick élévé à la culture du porn et d'une vibe Buffy version UK superbe avec une note féministe rare. Le tout saupoudré par un humour absurde et à contre pied absolument magnifique. L'humour anglais dans son absolu: et ça c'est ma cam. Parce que la cocaïne n'est pas une bonne idée pour mes narines fragiles. Et que le WTF c'est plus mainstream.


Le casting de cette série est dingue. Haha. Dingue. Crazyhead, rigole. Toplait.
Les gueules sont parfaites, toutes sont intéressantes et chaque acteur joue parfaitement son rôle. Au point d'arriver à apprécier même le porte flingue des méchants et son côté boxeur irish adolescent. Mais bien sûr la claque provient bien sûr du duo féminin: Raquel et Amy. Deux femmes réalistes avec un parlé vrai mais surtout un féminisme bien présent. Enchaînant les punchlines genré dans la droite lignée de la plus grande héroïne de série du monde: Buffy.

«  Tu te penses à l'abri du danger juste parce que tu as une bite ? » Raquel, 2016


La parenté avec Buffy pourrait ne pas s'arrêter là tant elle est visible mais ce n'est qu'un parallèle fait pas un esprit qui adore cette série de Whedon: les deux nanas fortes, le sidekick rigolo, l'humour jusqu'aux combats avec les démons etc. Mais l'extrapolation à faire ici se trouve surtout dans le féminisme. J'ai vu une critique qui disait qu'il n'y avait rien à creuser dans cette série. Ce qui est triste de ne pas savoir regarder surtout sur des perles comme ça. Il y a plein de symbolismes dans cette série, comme dans chacune série d'ailleurs:
La dichotomie démons/héroïnes: les démons étant des hommes (il n'y a qu'un seul démon féminin dans la série); les punchlines; les personnages masculins qui sont majoritairement à l'ouest avec notamment un sidekick issu de la culture porno (qui est très sympa hein, mais absolument weird dans son rapport au sexe). Et encore, j'ai fini la série hier. Je suis sûr qu'il y a 36 000 choses à voir. L'empirisme en plus.
Mais ce féminisme n'est pas un message forcé dans la gorge, enfoncé dans l'esprit qui aurait pu casser le rythme. Non. C'est une continuité de l'esprit rock des deux héroïnes, du monde qui les entoure et de leurs personnalités. Rien n'est trop gros, trop souligné. Tout est là dans une logique superbe qui passe crème (award de l'expression 2013 attention). Une excellente chose et surtout: Raquel ce perso quoi. Superbe. Nouvelle héroïne rock de mes rêves.






Ai-je dis que la série était drôle ? Parce que cette série est à l'absurde ce que Laurie & Fry sont à l'humour anglais: un délice. Un WTF perpétuel mais un joli. Celui qui vous fait vous demander ce qui se passe devant vos yeux ébahis d'autant de connerie. Magnifique.
Une autre qualité se trouve dans la bande son de la série: assez typée revival 80, notamment avec une ambiance assez John Carpenter. Un joli coup qui renforce son aspect horrifique. Parce que la série n'est pas que drôle ou féministe, elle joue également très bien sa carte de l'horreur. Un bon point. Excellent même.


Bref: Crazyhead c'est un peu comme du Buffy Uk dans sa lignée féministe, pop culture et rock. Versions 2016 avec smartphone et humour anglais. Elle possède également sa propre identité. Reconnaissable entre milles. Le duo Raquel et Amy est parfait. La jolie matraque téléscopique aussi.


17/20 BB

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Contorsionniste de Craig Clevenger

Il y a des livres qui vous appellent, sifflant au vent une mélopée douce et amère qui vous met en éveil: cette chanson, vous la connaissez, vous en goûtez toute la poésie et le rythme. Elle fait déjà danser votre imagination. C'est une couverture, un synopsis, une phrase ou une citation. Moi: ce fut un tout pour ce livre. Et la chanson que ce livre sifflait, dans sa culture parfaite, était celle de Fight Club: Where is my mind ? des Pixies. Alors j'ai sombré, le sourire aux lèvres.          Une mélodie qui a marqué mon adolescence, tant par le film que le roman. Mais je ne parle pas seulement du cynisme, de la réflexion sur notre société, des visions inscrites dans mon imagination, du twist, de l'aspect punk... je parle également de la plume. L'organe essentiel à tout écrivain: celle de l'extension de sa propre âme.
Le Contorsionniste, édité par le Nouvel Attila,  m'a pris par surprise à la suite d'une soirée littéraire dans une librairie. Et, ivre…

Rogue One: la Force est avec nous !

Oh Star Wars, muse de mon imaginaire qui me poursuit depuis cette VHS de l'Empire contre attaque, je t'aime. Vraiment. Beaucoup. Me Love You Longtime. Avec ou sans tendresse.
Hier soir, tu m'as encore procuré une petite claque. Merci.




Rogue One était annoncé, par les critiques du net, comme 1) soit un chef-d'oeuvre et le meilleur Star Wars 2) une décéption totale. J'y allais donc avec une attente démultipliée surtout après ma petite déception du VII qui m'avait laissé sur ma faim. Alors, armé de mon pop corn (oui je suis de ces fdps, salut salut) et de ma copine totalement allergique à Star Wars, je me suis posé devant le grand écran avide de cette nouvelle aventure. Une aventure qui semblait énorme car, presque, libérée du poids des autres films. La préquelle pouvait lui donner des ailes où les brûler. Alors, Icare/20 ou pas ?





Ce Star Wars tient ses promesses: celle d'une histoire dans l'univers de Star Wars avant la première trilogie et de tout que…

L'originalité : indispensable chez l'auteur ?

Il y a des choses qui sont essentielles de savoir pour avancer dans la vie. Celle de comprendre que les claques font partie du jeu, que Alien 3 est un superbe film et que, au niveau de l'écriture, la course à l'originalité est une perte de temps sans nom. Parce que, tout simplement, elle n'est pas si primordiale.

"Wait ? What ? Je ne suis pas un mercenaire de la culture"
Oui, je sais. Et je l'espère. Je ne suis pas là pour te dire de te jeter sur chaque genre littéraire qui buzz. La phrase que je viens d'asséner est là pour provoquer. Mais la vérité qu'elle sous-tend est, elle, intelligible. Et cohérente. Et je m'en vais, du haut de mon clavier avec des touches assez douces, t'expliquer pourquoi. Es-tu prêt ami-e de la plume ? Allons-y.


Nous sommes les créatures des choses que l'on créée.



Si l'on en revient à la base même de la vie et de l'imagination, chaque chose que nous créons provient d'un empirisme social mais également d&#…